Уважаемые конкурсанты, чтобы ваша работа была принята к рассмотрению, необходимо перевести оба текста Бернара Фрио: ÇA M'EST ÉGAL и AMOUREUX

Последний день приёма работ - 15 января 2016 года

ÇA M'EST ÉGAL

Un jour, papa et maman me diront :

- II faut qu'on te parle. On a décidé de se séparer. On ne s'aime plus comme avant, tu comprends, alors il vaut mieux qu'on vive chacun de notre côté. Mais pour Benoît et toi, ça ne change rien. Vous êtes nos enfants, on vous aimera toujours autant... Et moi je répondrai :

- Ça m'est égal... De toute façon, je le savais. Depuis longtemps...

Un jour, papa et maman me diront :

- II faut qu'on te parle. Tu es notre fille, bien sûr, mais tu as un autre papa et une autre maman. Nous t'avons adoptée quand tu étais un tout petit bébé. Et nous t'aimons autant que si tu étais notre enfant, autant que ton petit frère...

Et moi je répondrai :

- Ça m'est égal... De toute façon, je le savais. Depuis longtemps...

Un jour, papa et maman me diront :

- II faut qu'on te parle. Nous avons vu le médecin. Il est très inquiet. Tu as quelque chose dans le sang. Il veut que tu rentres à l'hôpital, pour des examens, et un traitement. Ce sera long, il faut que tu sois courageuse...

Et moi je répondrai :

-Ça m'est égal... De toute façon, je le savais. Depuis longtemps...

Mais moi, un jour, je leur dirai :

- Il faut que je vous parle. Je m'en vais. Très loin, je ne vous dis pas où. Et quand je reviendrai, vous serez vieux, très vieux. Tu seras tout chauve, papa, tout petit et tout maigre, et toi, maman, énorme, pleine de rides et de rhumatismes. Moi, je serai belle, riche et célèbre. Je vous mettrai dans une maison de retraite et, quand vous serez morts, j'irai vous voir au cimetière. Je mettrai un cactus sur votre tombe, un gros, avec plein de piquants.

Et puis je claquerai la porte. Vlan ! ça fera trembler les murs.

Et quand je serai dehors, je dirai tout bas, ou très fort, je ne sais pas :

- Maman, papa, quand même, je vous aime.

 

AMOUREUX

Ça y est, je le sens, je le sais

pas de doute, pas de secret,

c'est vrai :

j'suis amoureux,

Ça m'a pris, ébloui, dans la rue, à midi.

Ah

amoureux.

 

Comme un éclair

orage et tonnerre

un grand silence

et tout s'arrête.

Boum boum dans le cœur

et des pieds à la tête

une vague de bonheur.

Amoureux.

 

Dans la vitrine du boulanger

je me suis vu

pas reconnu :

tout changé, bouleversé.

Dans la vitrine du charcutier

je me suis observé :

cheveux noirs et yeux bleus

je suis heureux

amoureux.

Ce n'est pas moi

ce Lucas-là

trop beau tout ça

je n'y crois pas.

 

Je siffle, je chante, je fredonne.

À pleins poumons

sur tous les tons.

Ah

amoureux.

Je saute par-dessus les poubelles, je danse hip-hop

sur le trottoir, je dribble avec une canette de bière,

je tire, je marque !

Ah

amoureux.

 

Mais de qui, au fait ?

Stop. En plein mouvement, je me fige.

Zut, c'est embêtant.

J'aime.

Mais qui ?

Qui est-ce que j'aime ?

La prof de français ?

Non, elle m'a collé un zéro en dictée.

Sarah ?

Non, elle n'aime pas les choux de Bruxelles, et moi

j'adore ça, alors entre nous, ça ne colle pas.

Nadia ? Élise ? Sophie ? Sandra ? Yasmine ?

J'aime. Mais qui ? Qui est-ce que j'aime ?

Embêtant, agaçant.

Ah.

Et puis je n'ai pas le temps.

Il y a un match à la télé. Auxerre-Sochaux. Dans

deux minutes, ça va commencer.

Qui va gagner ?

Новости

Опрос

Нравится ли вам наш новый сайт?

Общее количество голосов: 371